Semaine du 07 au 13 mars 2016

Bonjour,

C’est maintenant que la soudure va être la plus dur à réaliser. Les légumes d’hiver sont de moins en moins nombreux (oui, je sais, c’était pas la folie non plus) et ceux de printemps ont encore du chemin à faire. Je guette les premiers radis sous la serre qui ne sont plus très loin d’arriver maintenant. Voici, et c’est bien maigre, pour vous faire patienter quelques photos de la serre et des légumes à venir.

Cette semaine dans les paniers de l’Amap Ciboulette :

  • Grand panier
    • 500g de carotte
    • 500g d’oignon
    • 1kg de pomme de terre
    • 1 radis noir
    • verdurette selon récolte
  • Petit panier
    • 500g de carotte
    • 250g d’oignon
    • 500g de pomme de terre
    • verdurette selon récolte

Malgré la météo, j’ai pu sortir le tracteur et faire un premier passage d’actisol, outil tracté à dents qui brasse la terre sans la retourner. Cela m’a permis de « déchaumer » les adventices qui ont poussées cet hiver, et ça amène de l’air au sol pour réveiller les bactéries et champignons microscopiques qui nourrissent les plantes en minéralisant l’humus. J’avais posé une bâche pour occulter durant l’hiver et le résultat est très satisfaisant : le travail du sol y est très facile et permet de semer ou planter plus tôt. Si tout se passe correctement lors des cultures à venir et que je ne constate aucun déséquilibre, je pense que je vais systématiser le processus l’hiver prochain pour les surfaces à implanter en mars-avril.

J’ai un nouveau jouet. Ça s’appelle la Campagnole, et c’est un bel exemple de génie agricole. C’est une collaboration entre un atelier d’outillage, la fabriculture, et la ferme du BecHellouin, une évolution de la grelinette. Elle est déjà plus large, au moins dans sa version maraîchère (80cm), ce qui permet en un passage de préparer sa planche. Un cadre avec des contre-dents est plaqué au sol, cisaillant ainsi les mottes lorsqu’on bêche. C’est difficile à expliquer avec des mots, mais quand on le voit, on se dit « ah oui, tout simplement ! » Avec cet outil, j’économise le passage du croc après le travail du sol en profondeur. Un gain de temps appréciable dans un itinéraire technique « à la main ». Il reste néanmoins à pelleter les allées et à passer le râteau pour enlever les herbes et les cailloux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s